Voyages et visites

C’est dans le cadre du programme de SVT de 4ème et 3ème (« Transmission de la vie » et « Puberté et Hormones ») et dans celui de la 5ème édition du Festival « Autour d’Elles » : « Le ventre des Femmes » que les élèves de 3ème du collège Notre Dame ont rencontré les comédiens du Groupe Wanda à la salle du Moulins de l’étang de Billom. Cette rencontre a été initiée par la chargée de Culture de la mairie de Billom et relayée par Catherine Authier, professeure de sciences et Vie de la Terre. « Parler du sexe de la femme et de ses particularités anatomiques n’a pas été simple au début mais les élèves ont vite compris que le but était de moderniser la place de la femme et de ne pas annihiler la sexualité féminine. » L’objectif de la rencontre était aussi de parler de l’adaptation théâtrale (avec humour, crudité et précision) de la bande dessinée de LIV STOMQUIST intitulée « LE FRUIT DE LA CONNAISSANCE» (en suédois) traduit « L’ORIGINE DU MONDE » en français.

Cette adaptation, présentée samedi 9 mars, passe en revue les différentes constructions que les hommes ont faites de la femme à travers l’histoire et explique les raisons qui ont suscité interrogations, suspicions et interprétations malheureuses de la femme. Les comédiennes du groupe Wanda ont évoqué la manière dont l’auteur retrace l’histoire culturelle du sexe féminin et sa perception à travers les âges, l’objectif étant d’en finir avec le sentiment de honte qu’éprouvent de nombreuses femmes à l’égard de leur corps et de leur anatomie. Le droit des femmes et la honte étaient au cœur de la discussion et plus particulièrement la façon dont les organes génitaux féminins sont considérés en général.

Après la présentation des différents thèmes de la BD, les élèves ont tout d’abord participé à un quizz puis à des jeux de rôles dont le but était de leur faire passer un message : pourquoi la honte alors que les femmes ne sont fautives de rien ? Garçons et filles ont été enchantés par cette pédagogie originale.

 

 

Du théâtre en Anglais pour les élèves de Notre Dame

Il était une fois… 58 collégiens de 5ème de Notre Dame à Billom, plongés au cœur de la légende arthurienne, lors de la représentation de King Arthur : Chevaliers de la table ronde, donnée par la compagnie Le Théâtre en Anglais, à la maison de la Culture de Clermont-Ferrand. « Cela a permis une approche ludique et agréable de rentrer dans le monde arthurien », précise Isabelle Veschambre, professeure de Français à l’initiative de cette sortie avec deux de ses collègues. « Cette légende, importée de Petite Bretagne par un jongleur, puis traduite par Chrétien de Troyes au 12ème siècle, permet d’aborder les thèmes de la découverte du Moyen-âge et de l’héroïsme du programme. » Une autre approche de l’histoire et du Français mais pas que. « Les textes, déclamés en Anglais et Français, était servis par quatre comédiens qui ont livré un spectacle interactif et plein d’humour », se réjouit Inga El-Drayi, professeure d’Anglais. « Les élèves ont beaucoup apprécié ».

 

Commedia Dell Arte en 6eme

Bruitage, fausses claques, improvisations théâtrales… Les rires ont fusé au collège Notre Dame à Billom lors des ateliers de Commedia Dell Arte menés par le comédien Marc Jacquet. « Sa venue s’inscrit dans la continuité du travail réalisé en classe sur la pièce Le médecin malgré lui de Molière », détaille Nadine Boissonneau, professeur de Français des deux classes de 6ème qui ont participé aux ateliers à son initiative. Quid le lien avec la Commedia Dell Arte ? « Molière s’est inspiré de ses contemporains Italiens pour ses pièces! », précise Marc Jacquet. C’est ainsi qu’une soixantaine d’élèves, répartie en quatre groupes, s’est prêtée au jeu en découvrant les masques en cuir, symbole de la commedia, et les personnages tel qu’Arlequin ou encore Pantalon. « Les enfants ont notamment improvisé le mariage de Lélio et Isabella, deux jeunes premiers », commente le comédien. Passer devant ses camarades peut être une source d’appréhension qui peut cependant réserver de belles surprises. « J’ai été émue par l’intervention de certains élèves qui s’expriment habituellement peu », confie Nadine. « Il est vrai que les disciplines artistiques théâtrales et autres permettent à certains enfants de prendre confiance en eux. Ils sont tous capables », approuve Marc. Et au vu des retours enthousiastes des collégiens qui « ne s’attendaient pas à ça » ou encore ont « trouvé ça très instructif », l’objectif de leur professeur de français a été largement atteint.

 

Article atelier photojournalisme

Les élèves de Notre Dame initiés au photojournalisme 

« Lorsque l’on prend quelqu’un en photo, on place l’objectif à la hauteur du regard de la personne », précise Pascal Chareyron, photoreporter retraité du journal La Montagne. Attentifs, les collégiens de l’atelier presse de Notre Dame à Billom écoutent attentivement les conseils du professionnel, venu accompagné de Rémi Bouquet des Chaux, de la fondation Varenne du journal. Tous deux interviennent afin d’initier les élèves au photojournalisme et de « faire passer le maximum d’informations sur le sujet ». Une heure plus tard, c’est au tour des adolescents de tenir l’objectif lors d’un reportage programmé à la bibliothèque de la ville. Dans une des salles, Margot, en 5ème, prend rapidement en main l’interview des personnes qui gèrent le lieu. « Depuis combien de temps, êtes-vous bénévole ici ? », interroge-t-elle, les questions de son interview sous les yeux pendant que Léa, élève de 3ème prend un cliché de la scène. Dans la pièce d’à côté, Louis, Jessica et Maëlle prennent leur marque face à Sandrine Sester, responsable de la structure, « qui n’a jamais autant été prise en photo ! ». Les minutes passent et les jeunes prennent de l’aisance, ils s’accroupissent, s’allongent, se contorsionnent pour obtenir le cliché qui viendra compléter leur article sur le sujet. Un bel exercice pour affiner l’œil critique de ses apprentis journalistes.

 

Voyages et visites